Le Gouvernement vient de donner son accord politique  (le 29 juin 2009) à la création d’une Agence Publique de financement du secteur public local. Nombreux sont ceux qui voient en cette décision la résurrection de la CAECL, sorte de « pied de nez » des élus locaux à DEXIA.

Il est vrai que la création de cette agence publique, qui devrait bénéficier d’un « triple A » lui garantissant des conditions de financement favorables, obéit plus à une logique de défiance du secteur public local à l’égard du monde bancaire qu’à un raisonnement financier. Dans ce contexte, la décision du Gouvernement est pour le moins surprenante. Les récents échecs des émissions obligataires groupées des collectivités locales françaises nous rappellent que les comportements des marchés sont complexes et que la qualité d’une signature ne garantit pas la qualité du financement.  Mais dans la mesure où le financement de cette Agence se fera sans garanti de l’Etat, il était difficile pour le Gouvernement de refuser l’étude de cette initiative.