L’Etat français versera l’un des six milliards d’euros qui vont être injectés par sauver Dexia. Contrairement aux propos tenus hier par Christine Lagarde, Ministre de l’économie, le problème Dexia n’est pas seulement qu’un problème belge.

Conscient du rôle majeur joué par Dexia dans le financement des collectivités locales, l'Elysée vient d’annoncer que Paris va participer "à un plan de recapitalisation de Dexia aux côtés des Etats belge et luxembourgeois". Il s'agit d'une augmentation de capital de "6,4 milliards d'euros, dont un milliard d'euros sera souscrit directement ou indirectement par l'Etat français". Les Etats Belge et Luxembourgeois participeront également au plan de sauvetage.

À l’issue de cette opération, "l'Etat français d'une part et le groupe Caisse des Dépôts et Consignations d'autre part détiendront au total une part du capital supérieure à 25% qui représente en droit belge la minorité de blocage".